Les planchers bois (partie 4)

La modélisation des solives secondaires

Rôle et modélisation des solives

Les solives sont les poutres secondaires qui viennent s’assembler perpendiculairement aux poutres porteuses principales, à intervalles réguliers. Leur rôle est de supporter outre le poids propre du platelage, toutes les charges transmises par celui-ci. Un des rôles secondaire des solives est de réduire la longueur de flambement des poutres principales lors d’une mise en compression horizontale (contreventement).

Les sections des solives sont inférieures à celles des poutres principales et leur longueur peut varier selon le mode constructif choisit.

On modélise ces éléments comme des poutres continues sur deux ou trois appuis simples.

Dispositions constructives

On distingue deux types de mise en œuvre de ces solives.

La mis en œuvre consiste à assembler les solives sur les poutres principales à l’aide de sabots ou de lisses.

La mise hors œuvre consiste à poser les solives directement sur la poutre principale, par chevauchement et entretoisement.

On remarque que selon la hauteur sous plancher recherchée, on choisira l’une ou l’autre des solutions. La disposition hors œuvre paraît plus pratique à réaliser car la longueur des solives n’a pas besoin d’être exactement constante, compte tenu du recouvrement qu’ implique cette technique.

Choix des espacements

L’espacement entre les solives dépend directement de la nature du platelage qui recouvre l’ossature porteuse du plancher.

On peut faire le choix d’un platelage épais. Dans ce cas le platelage sera plus rigide et supportera des portées plus grandes sans se déformer. Nous pourrons espacer les solives, en réduire le nombre pour en augmenter la section par exemple.

On peut aussi sélectionner des panneaux bois plus petits et plus fins. De cette façon le platelage sera plus léger. Il faudra en revanche diminuer l’écartement entre les solives secondaires. On pourrait de plus diminuer les sections des solives puisqu’on augmente leur nombre.

Choix de l’entretoisement

Les solives secondaires sont des éléments de petites sections. Elles peuvent se vriller et gauchir sous les charges appliquées après leur mise en œuvre. Ces poutres sont également soumises au déversement notamment lors de la pose.

Tous ces phénomènes sont évités par un dispositif d’ entretoisement et d’étrésillons.

Modélisation des continuités

La continuité est le fait qu’un élément (poutre ou autre.) soit disposé de façon à introduire un ou plusieurs appuis intermédiaires dans la modélisation de cet élément.

Selon le type de mise en œuvre du plancher on distinguera deux types de modèles :

a) Les solives « discontinues » disposées entre deux poutres principales

Dans ce cas les solives sont disposées entre les poutres porteuses principales. L’assemblage au nu d’appui se fait dans ce cas par cornières ou des sabots.

b) Les solives « continues » posées sur les poutres principales

Dans ce cas les solives sont disposées de façon continue sur les poutres principales et recouvre plusieurs travées. On doit donc prendre en compte la présence d’un appui intermédiaire dans la modélisation de cette pièce.

Le matériau n’a donc pas le même comportement selon le choix du modèle.

On note les parmi les différences observées entre ces deux modèles :

a) L’allure du moment et sa valeur maximale

  • Dans le cas du modèle « continu »

Dans le cas ou il y a un appuis continu, Le moment de flexion est négatif sur appui.

Il y a donc traction de la fibre supérieure du bois.

Ce phénomène est caractéristique de la continuité et il convient de prendre des précautions sur la contrainte à cet endroit précis du plancher.

  • Dans le cas du modèle « discontinu »

b) L’ allure de la déformée et sa valeur maximale

  • Dans le cas du modèle « continu »

Dans ce cas la valeur maximale de la flèche est atteinte avant la mi- travée et cette valeur maximale est relativement faible par rapport au second cas.

  • Dans le cas du modèle « discontinu »

Dans ce cas la valeur maximale de la flèche est atteinte à mi-portée exactement et cette valeur maximale est plus importante que dans le premier cas

Récapitulatif

La continuité est un phénomène que l’on doit prendre en compte dans la modélisation des solives (poutres secondaires du plancher). Les poutres primaires, étant généralement espacées de deux, trois mètres dans des planchers classiques, il n’est par rare de concevoir les solives comme des éléments reposant sur trois appuis ou plus.

L’intérêt de la continuité est de réduire les sections des solives et donc d’économiser du bois dans la structure. Cela est rendu possible grâce à la redistribution du moment entre les travées et les appuis intermédiaires, Les déformations étant par conséquences moindres.

Cette utilisation présente cependant des limites :

La longueur des solives ne peut excéder 7 à 8 mètres par construction et cela constitue un frein à l’utilisation systématique des continuités. De plus, Les fixations sur appuis doivent être prises en compte afin d’éviter tout soulèvement au niveau de l’appui, cette autre fragilité limite donc l’utilisation de ce modèle pour de longues portées.

Suite : les planchers bois (partie 5)

Crédit photo : pyoorkate @ flickr